03 22 87 47 52

06 11 72 59 01

Qui sont les « très » hauts revenus en France

Posté le : 08/06/2018

Selon la dernière étude de l’Insee, au-dessus de 106 210 euros de revenu initial par unité de consommation, une personne se situe parmi les 1 % les plus aisés de la population, c’est-à-dire les très hauts revenus. Ces derniers gagnent en moyenne près de sept fois plus que l’ensemble de la population et perçoivent 6,8 % de la masse des revenus. Entre 2004 et 2015, la part du revenu total déclaré par les très hauts revenus augmente entre 2004 et 2007, stagne jusqu’en 2012, puis diminue en 2013 pour se stabiliser autour de 6,5 %.
Plus des trois quarts des personnes ayant un très haut revenu en 2014 faisaient déjà partie des 1 % de très hauts revenus en 2013. Au plus haut de la distribution, 68 % des 0,1 % des personnes ayant les revenus les plus élevés en 2014 étaient déjà classées comme telles en 2013 et 96 % appartenaient aux très hauts revenus. Les ménages à très haut revenu sont dans 37 % des cas un couple sans enfant, leur déclarant fiscal a en moyenne 59 ans, ils sont propriétaires de leur résidence principale dans 86 % des cas et 30 % d’entre eux vivent à Paris ou dans les Hauts-de-Seine. Plus les revenus sont élevés et plus les sources sont diversifiées : les très hauts revenus déclarent en particulier des revenus non commerciaux et des revenus des actifs financiers. En 2015, 1 % de la population déclare ainsi 30 % des revenus du patrimoine. Au sein des ménages à très haut revenu, les salariés sont cadres dans près de 60 % des cas et chefs d’entreprise dans près de 10 % des cas.
Les très hauts revenus contribuent proportionnellement davantage que les autres aux prélèvements directs grâce au barème progressif de l’impôt sur le revenu, dont ils acquittent 25 % du total. Ils détiennent in fine une part moins importante des niveaux de vie que des revenus initiaux : 5,3 % contre 6,8 %.