03 22 87 47 52

06 11 72 59 01

Le métier de conseiller en gestion de patrimoine indépendant

Pourquoi travailler avec un conseiller en gestion de patrimoine indépendant ?

 

Comme son nom l’indique, le Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant n’est, en principe,  lié à aucun établissement financier ni aucune compagnie d’assurance. C’est le cas de PH PATRIMOINE dont l’actionnariat est strictement familial.

 

Le rôle du CGPI est donc de rechercher les partenaires en fonction de leurs performances dans leurs domaines respectifs.

 

Il analyse les résultats des sociétés de gestion sur plusieurs années et s’assure que les gérants qui ont réalisé ces résultats sont toujours en place ou, le cas échéant, que leurs successeurs continuent à obtenir des résultats comparables.

 

On se rend compte que les sociétés de gestion les plus efficientes sont, en général, et quelque-soit leur domaine d’intervention, les sociétés qui associent les gérants à leur capital.

 

En ce qui concerne les compagnies d’assurance, le CGPI, en tant que courtier en assurance, analyse l’offre de différents intervenants et peut proposer le contrat le plus adapté en fonction des objectifs du client.


Ou sont versés les fonds lorsque que le CGPI conseille un placement au client ?

 

Ni le CGPI, ni les sociétés de gestion ne peuvent percevoir de fonds.

 

Les fonds sont toujours versés soit à une compagnie d’assurance (contrats d’assurance vie ou de capitalisation, contrats MADELIN, PERP…) soit à une banque (compte titres, PEA, PEE, PERCO,FIP, FCPI, FCPR…).

 

Seuls certains investissements spécifiques (investissement hôtelier, groupement forestier, GIRARDIN Industriel…) font l’objet d’un versement direct à une société ou à un groupement qui va investir les fonds (Hôtels, forêts, matériels…).


Comment est assurée la continuité du service en cas d’arrêt d’activité du CGPI ?

               

Lorsque le CGPI arrête son activité au moment de la retraite, il cède son cabinet soit à un ou plusieurs associés, le cas échéant, soit à un jeune confrère qui souhaite s’installer, soit enfin à un autre cabinet qui souhaite développer son activité.

 

Si l’arrêt d’activité est la conséquence d’un accident grave voire d’un décès, les ayants-droit transmettent le cabinet dans les mêmes conditions.

 

La CNCGP, Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine (ex CIP, Chambre des Indépendants du Patrimoine) réfléchit actuellement à une solution qui permettrait, dans ces situations heureusement assez exceptionnelles, de remplacer temporairement le CGPI par un gérant qualifié pendant la période de cession du cabinet pour assurer la continuité du service.

 

Dans tous les cas, les clients ont aussi la possibilité de s’adresser aux compagnies d’assurance, aux banques teneurs de compte ou aux sociétés de gestion qui ont mis en place et gèrent les placements en portefeuille et dont ils sont également clients.

 

En ce qui concerne PH PATRIMOINE, des liens étroits ont été tissés avec plusieurs cabinets confrères depuis de nombreuses années ; une éventuelle succession se passerait vraisemblablement rapidement et dans de bonnes conditions, avec des confrères qui ont le même souci de la satisfaction de leurs clients et qui maîtrisent parfaitement toutes les facettes de cette profession.